PDD

La proventriculite virale des psittacidés (Proventricular dilatation disease)

Historique

La PDD fut observée pour la première fois sur des aras par le Dr H.L. Stoddard en 1978. La maladie fut appelée au départ « syndrôme du dépérissement du Ara » puis « syndrome du dépérissement des psittacidés » ou encore « dilatation gastrique neuropathique » (neuropathic gastric dilatation). Cette maladie de la dilatation du proventricule peut apparaître sur tous les psittacidés mais les oiseaux les plus touchés sont les aras, les cacatoes et les conures.

Origine de la maladie

La maladie est provoquée par un virus qui détruit progressivement les nerfs régissant le fonctionnement du proventricule, du gésier ainsi que de certaines zones de l'intestin grêle. Il en résulte pour les sujets atteints une incapacité à digérer correctement leur alimentation. Les aliments stagnent alors dans le tube digestif, les bactéries se développent et accroissent le risque d'affections secondaires. Dans certains cas, la paroi du proventricule est si dilatée et amincie qu'elle peut se rompre et entrainer un écoulement du contenu alimentaire dans la cavité abdominale conduisant à une mort certaine.

Signes cliniques

Les symptômes de la PDD se traduisent par une perte de poids sur une période de plusieurs semaines à plusieurs mois malgré un consommation alimentaire normale, des vomissements ou régurgitation, la présence des aliments mal digérés dans les feces, une distension abdominale et rétention alimentaire dans le jabot ainsi que des signes nerveux.
Ces troubles peuvent survenir ensemble, séparément ou successivement sur des oiseaux malades. Bien que cette pathologie soit considérée comme mortelle, l'animal peut survivre durant de nombreux mois avant l'issue fatale.

Voies de contamination

Pour l'instant, le mode de transmission de la maladie n'est pas connu. Certains ont parlé d'une durée d'incubation très longue, jusqu'à 8 ans, mais de nombreux cas d'épidémie foudroyante peuvent laisser croire à une durée d'incubation beaucoup plus courte. Dans certains cas, tous les oiseaux d'une même volière peuvent extérioriser les signes cliniques de la maladie en très peu de temps alors que dans d'autres circonstances un seul oiseau peut mourir de la maladie sans mortalité ultérieure dans l'élevage avant 4 ou 5 ans.
La maladie a été détectée sur des animaux âgés seulement de 10 semaines.

Diagnostic

Le diagnostic de la maladie est effectué après observation clinique des animaux malades, biopsie du jabot et du proventricule.
Des radiographies mettant en évidence la dilatation et l'hypertrophie du proventricule renforcent la suspicion de PDD. Elle permettent aussi (on utilisera pour cela des produits de contraste) de déterminer le temps de passage de l'aliment du jabot vers le reste du tractus digestif. Chez les oiseaux atteints de PDD ce transit est très retardé et la rétention alimentaire dans le jabot peut durer plusieurs heures.
Sur des cadavres frais, le prélèvement rapide du proventricule, du gésier, du duodénum pour examen histologique pourra être très utile.

Traitement & vaccination

Jusqu'à présent la maladie était considérée comme incurable. Les éleveurs prolongeait la vie de leur oiseaux en utilisant des formules alimentaires très digestibles, des fluidifiants, de la pectine de pomme et traitaient contre les maladies secondaires (entérites bactériennes et maladies fongiques) à l'aide d'antibiotiques et d'autres médicaments.
Cependant les travaux du docteur Dalhausen sur l'utilisation de certains Anti-inflamatoires non stéroidiens semblent très prometteurs. Le protocole d'utilisation de ces médicaments utilisés jusqu'alors en médecine humaine.


Copyright (C) 2002-2011. Oisellerie-lgl.com Tous droits réservés. questions Oiseaux exotiques d'élevage oiseaux exotiques d elevage annuaire Sonde de mesure